MEDEC, l’association canadienne des technologies médicales, réagit très favorablement à l’adoption du projet de loi n° 108, Loi favorisant la surveillance des contrats des organismes publics et instituant l’Autorité des marchés publics. L’Autorité des marchés publics (AMP) sera notamment chargée de surveiller l’octroi et la réalisation de l’ensemble des contrats des organismes publics. Les fournisseurs du secteur de la santé pourront maintenant faire appel à une entité indépendante pour du soutien lors d’appels d’offres publics.

« Ce projet de loi est une très bonne nouvelle pour l’encadrement de l’approvisionnement dans tout le réseau de la santé et des services sociaux. Nous voyons d’un très bon œil le fait que les regroupements d’entreprises, et non seulement les entreprises elles-mêmes, pourront porter plainte à l’AMP en cas de processus d’octroi de contrats problématiques. Fait intéressant, l’AMP pourra aussi, de sa propre initiative, procéder à des vérifications et intervenir au besoin à propos de tout contrat en cours d’exécution. C’est la qualité de l’ensemble des relations entre l’État et ses fournisseurs qui s’en trouvera renforcée », déclare M. Benoît Larose, vice-président de MEDEC pour le Québec.

En effet, le mandat de l’AMP visera la totalité des marchés publics en santé et services sociaux au Québec, qui sont évalués à plus de 4 milliards de dollars annuellement. Environ la moitié de ces achats sont effectués par les groupes d’approvisionnement en commun présents dans le secteur.

« Seule ombre au tableau : la question des délais. Les délais pour porter plainte à propos d’un appel d’offres resteront très courts et la possibilité pour l’AMP de recevoir une telle plainte ne sera effective qu’au mieux dans une année », nuance M. Larose.

MEDEC est l'association nationale qui représente l'industrie canadienne des technologies médicales. Elle regroupe plus de 150 fournisseurs d’équipements et de services utilisés dans le diagnostic et le traitement des maladies et des problèmes de santé. Le secteur des technologies médicales représente plus de 6 300 emplois au Québec.

Nous faisons contraste!